Une année de "Lecture Différenciée"…

Enregistrer au format PDF

Dans le cadre de son engagement dans le plan lecture du réseau REP, le collège François Villon (14e) a lancé officiellement l’action Lecture différenciée le 17 janvier 2019, en présence de la maire du 14e arrondissement, de la déléguée du préfet de région, de la Fondation Seligmann et de l’association Lecture jeunesse.

Le collège François Villon a construit avec l’association Lecture Jeunesse un vaste projet de proposition de Lecture différenciée impliquant sept disciplines et plus de la moitié du corps enseignant pour mettre en oeuvre une offre de 600 livres (documentaires, romans et bandes dessinées) à destination de l’ensemble des élèves du collège. Ce projet, désormais opérationnel grâce au soutien de la Fondation Seligmann, a été inauguré le 17 janvier dernier.

A cette occasion, Nicolas Bray, proviseur de la Cité scolaire François Villon, a défini le rôle des livres comme étant celui de permettre à chacun de s’épanouir et de vivre dans la société et de pouvoir acquérir une certaine forme d’autonomie.

"La question du chemin de la lecture est un chemin qui nous relie à l’humanité. C’est le rôle de l’École que de permettre à chacun d’être un lecteur autonome et de se construire en tant que citoyen. (…) A travers la lecture, devenez des citoyens et des humains accomplis", a-t-il déclaré, avant de remercier la Fondation Seligmann et de rendre hommage à sa fondatrice, Françoise Seligmann.

Puis, Annie Snanoudj-Verber, déléguée générale de la Fondation Seligmann, a rappelé le rôle de celle-ci, qui fut fondée en droite ligne des combats de Françoise Seligmann menés avec son mari contre le nazisme pendant la résistance, et contre l’intolérance et l’injustice pendant la guerre d’Algérie. Cette fondation oeuvre ainsi contre le communautarisme et pour le rapprochement de tous. La fondation était également représentée par Mondane Colcombet, magistrate honoraire et Vice-présidente de la fondation.

Carine Petit, maire du 14e arrondissement de Paris, a ensuite rappelé l’aspect universel de la lecture : "Plus on voit de livres autour de soi dans le quotidien, plus on progresse, plus on a soif de nouvelles découvertes et connaissances, plus on a l’envie d’apprendre". Carine Petit en a profité pour rappeler qu’il est possible d’acheter des livres d’occasion ou bon marché dans les marchés du quartier, marché Brune, place Brancusi, ou encore au café associatif La table des matières.

Pour Florence Weissler, principale adjointe, cette opération a pour objectif d’étendre l’offre de lecture en faisant différentes propositions de lecture aux enseignants, avec trois niveaux (petit, moyen ou grand lecteur) et à chaque fois une proposition en bande dessinée, en documentaire et en roman. L’occasion de remercier également l’association Lecture jeunesse, qui accompagne l’établissement depuis l’an dernier.

Les élèves ont ensuite tour à tour présenté des livres qui les ont marqués et qu’ils ont pris plaisir à lire.
C’est ainsi que Youssef, élève en classe de 4e, a parlé du Journal d’un dégonflé (Ed. Seuil). L’élève, évoquant un "coup de foudre pour la lecture", a pris plaisir à suivre les aventures de Greg, un élève 5e, héros de l’ouvrage. Emmanuel, lui aussi élève en 4e, a évoqué le tout premier livre qu’il a lu étant petit, Les Douze travaux d’Astérix (Ed. Hachette Livre), qu’il a apprécié pour le parallèle avec les travaux d’Hercule, que le héros Astérix réussit à accomplir. Enfin, on peut citer Awa, lectrice de Sweet sixteen (Ed. Casterman), qui a apprécié ce récit relatant l’histoire d’étudiants noirs dans un collège de blancs, en Arcansas en 1957, dans un contexte où racisme et ségrégation sociale sont toujours présents. L’élève a évoqué un livre "triste mais impressionnant".

Christine Combaz, représentante des enseignants qui accompagnent le projet de lecture différenciée, a conclu en définissant les trois objectifs du projet : développer le plaisir et le goût de la lecture dans toutes les salles de classe et pas seulement en cours de français ; apporter une réponse à l’éloignement de la lecture de certains élèves et créer une dynamique autour de l’activité de lecture avec une approche interdisciplinaire favorisant les échanges informels entre les enseignants, en étant toujours à la frontière entre l’éducation et la lutte contre les inégalités.

Retrouvez cet article sur le site de l’académie de Paris

Retrouvez aussi l’article publié dans le journal de la Mairie du 14e du mois de Mars 2019, "Info Mag 14".