[ ] [ ]

AccueilPour enseignerConseils de pro’Comment travailler sur le "sens" ?

Comment travailler sur le "sens" ?

 Préconisations

  • Aider l’élève à maîtriser des stratégies de compréhension
    • Favoriser un travail de métacognition : faire formuler par les élèves les démarches opérées.
    • Organiser la lecture ou la relecture d’un document : faire définir clairement l’objectif de lecture, celui d’une relecture et faire cerner les stratégies pour entrer dans le sens du texte. Faire “relire” un texte implique que l’on ait une idée de ce qu’on va y rechercher, de même que réécrire un texte implique – en dehors des corrections orthographiques et syntaxiques – de savoir ce qu’on va y ajouter, supprimer ou modifier.
  • Enseigner comment mettre à jour l’organisation du sens :
    • Demander aux élèves de choisir les mots clés en justifiant leurs choix (mots et méthode), de façon à les amener à repérer les mots qui participent à la construction du texte et dessinent son architecture.
    • Amener les élèves à se mettre en débat sur le sens supposé du texte en les invitant, par exemple, à chercher le message, l’objectif du propos, afin qu’ils puissent se repérer dans l’organisation des propos et élucider les éléments implicites.
  • Leur demander de justifier systématiquement leur interprétation.
    • Faire reformuler ce que les élèves ont compris du texte, tant à l’oral qu’à
      l’écrit, l’objectif étant la qualité de leur compréhension, non celle de leur reformulation.
      Faire classer des résumés proposés aux élèves (voire des résumés d’élèves) selon leur degré de pertinence, favorisant à la fois leur compréhension du texte et leur capacité à argumenter leur choix à partir de relectures successives du texte.
  • Organiser un questionnement face au texte :
    • En les invitant eux-mêmes à formuler des questions sur le texte. Cette activité est particulièrement efficace pour travailler les éléments implicites et les références culturelles ou scientifiques d’un texte, car elle permet aux élèves de s’approprier le texte, notamment comme support de compréhension du cours.
  • En les invitant à sélectionner des questions (les plus pertinentes) parmi une liste. Cette activité permet de mettre en lumière deux processus dans l’acte de compréhension : celui de la catégorisation des informations et celui de l’appréhension de la structure logique du texte.
  • En leur proposant une “problématique” de lecture. Cette problématique peut questionner la démonstration contenue dans un texte ou la démarche du document (surtout pour les textes scientifiques). Il s’agit d’obliger les élèves à sortir de l’idée que comprendre un texte implique de connaître chaque mot ou de comprendre chaque phrase littéralement. La problématique doit donc être suffisamment au coeur du texte pour permettre aux élèves de sélectionner les informations essentielles à la construction du sens global.
  • Faire “manipuler le texte” par les élèves :
    • Retravailler l’écriture du texte pour mieux comprendre sa structure. Pour cela, on peut demander aux élèves de refaire le plan ou de ranger les différentes informations selon des catégories définies dans un tableau (habitat, nourriture, mode de vie…).
    • Apprendre à utiliser le texte pour mieux écrire (lien lecture / écriture) et inversement écrire pour mieux lire. Les textes, en servant de “modèles”, finissent par créer une culture des formes de texte attendues. On ne lit pas la description d’une ville de la même manière en Français et en Histoire. Un texte ayant comme sujet “les loups” n’aura pas la même construction en SVT et en français et ne transmettra pas le même type d’informations. Se former à l’écriture de ces textes est une aide pour mieux les comprendre.