Comment amener à anticiper ce qu’il faut comprendre ?

Enregistrer au format PDF

  Sommaire  

 Principes théoriques

Le lecteur expert, avant d’aborder un texte ou un document, s’en forge une représentation préalable :

  • En convoquant des connaissances mémorisées ou des expériences antérieures : ce qu’on sait déjà sur le sujet (ex : l’eau/le liquide), le thème, l’auteur.
  • En fondant des hypothèses en fonction d’éléments visuels et/ou contextuels : trouver ce qu’il en est sur un sujet à partir du format, du titre, des illustrations ou des schémas…
  • En repérant automatiquement ou non l’organisation du texte selon sa forme (compte rendu de recherche, récit, description, énoncé d’un problème, notice explicative…), ce qui permet d’en percevoir plus rapidement le sens. Alors que le bon lecteur, au fil de sa lecture, remet progressivement en question les hypothèses de sens qu’il construit, le mauvais “compreneur” se construit, dès le début du texte, une représentation qu’il ne remettra pas en question, malgré les éléments contradictoires qu’il pourrait rencontrer. Le bon lecteur profite des indices probants qui peuvent faciliter l’entrée dans une véritable compréhension du texte ou du document et sait en écarter les éléments erronés. Il effectue cette opération, aussi bien avant la lecture approfondie que pendant le processus de lecture lui-même. En effet, la lecture d’un document doit construire un savoir en faisant évoluer l’attente première ou l’idée antérieure du lecteur. L’absence de remise en question des représentations en cours de lecture en compromet la compréhension.